L'étonnant quotidien de Florence Olivet-Courtois

    Partagez

    Martin
    Membre actif
    Membre  actif

    Pays : France

    default L'étonnant quotidien de Florence Olivet-Courtois

    Message par Martin le Ven 16 Mar 2012 - 17:06

    L'étonnant quotidien de la véto des bêtes sauvages

    Dromadaires, tigres… Florence Ollivet-Courtois est la seule vétérinaire libérale de France spécialisée dans la faune sauvage. L’Essonnienne raconte son quotidien dans un livre



    Florence Ollivet-Courtois a passé deux heures au chevet de deux dromadaires, dont Négus, atteint d’un souffle au cœur à qui elle a notamment posé une perfusion.

    Ce soir-là, ses deux « patients » s’appellent Négus et Dubaï. Signe particulier : il s’agit de… dromadaires. Florence Ollivet-Courtois en a vu d’autres. Unique vétérinaire libérale en France spécialisée dans la faune sauvage, cette habitante de Janvry vient de publier « Un éléphant dans ma salle d’attente ».

    Un ouvrage, truffé d’anecdotes passionnantes, qu’elle dédicace aujourd’hui au Salon du livre de Paris*.

    Elle y raconte son quotidien dans les zoos, cirques ou enclos de particuliers de France et de Navarre, où elle soigne des éléphants — son animal préféré — des guépards, des gnous, des hippopotames… Et bien d’autres espèces exotiques, « souvent non coopérantes », écrit celle qui s’occupe aussi des bêtes du parc de Janvry (voir ci-dessous).

    Elle a mis au point des méthodes spécifiques

    Mercredi soir, elle a passé deux heures au chevet de dromadaires, chez des particuliers à Saint-Ouen-en-Brie (Seine-et-Marne). Avec Négus, qui souffre d’un souffle au cœur et qui ne se nourrit plus depuis plusieurs jours, aucun problème pour poser la perfusion et procéder aux piqûres. Mais avec Dubaï, l’affaire se corse. Malgré les deux propriétaires qui le tiennent, Florence Ollivet-Courtois peine. Dubaï éjecte ses trois « assaillants » contre le mur de son box. « Comme les dernières analyses étaient bonnes et qu’il mange bien, on ne va pas insister, décide la vétérinaire. On ne va quand même pas risquer de mourir écrasés pour une prise de sang! »

    Florence a pourtant l’habitude. Dans son livre, elle raconte comment elle a mis au point des méthodes pour aider les girafes à se relever après une anesthésie sans se rompre le cou ou encore comment elle a convaincu un chimpanzé diabétique de prendre son insuline! Une vocation qui vient de loin. « Je suis la quatrième d’une longue lignée de vétérinaires », confie Florence. Dès 6 ans, son père l’affecte à la surveillance du ballon d’anesthésie des animaux qu’il opérait dans son cabinet du Raincy (Seine-Saint-Denis).

    Diplômée de l’Ecole nationale vétérinaire à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), elle décroche un stage au zoo de Vincennes, qui devient un emploi à plein temps. Le parc francilien l’envoie aux Etats-Unis pour se former à l’accueil de dragons de Komodo. « Je rencontre alors ma muse : le docteur Lucy Spelman », se souvient Florence Ollivet-Courtois. La directrice du zoo de Washington forme la jeune stagiaire à la médecine vétérinaire de la faune sauvage. Florence poursuit cette transmission : hier, par exemple, elle distillait ses conseils au centre de formation des pompiers de Gurcy-le-Châtel (Seine-et-Marne).

    Car, en plus d’intervenir « auprès de plus de 20000 animaux en quinze ans de carrière, du minuscule microcèbe de 80 g jusqu’à Siam, 8 t, géant parmi les éléphants », Florence Ollivet-Courtois porte une autre casquette : commandant au groupe animalier des pompiers de l’Essonne.

    * Porte de Versailles, à Paris. Dédicaces à 11 h 30 et à 15 heures sur le stand des Editions Belin. Conférence de 12 h 30 à 13 h 30.

    Source

      La date/heure actuelle est Jeu 23 Fév 2017 - 21:41