Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Partagez
    avatar
    alexpe8
    Admin

    Pays : France

    default Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par alexpe8 le Mar 18 Jan 2011 - 18:03

    Nederlands Opvangcentrum voor Papegaaien – Premier jour en Hollande

    Ma découverte de ce parc, le NOP, s’est déroulée lors du premier jour de mon zootour hollandais. Nous pouvons donc voir quelques paysages hollandais vus sur la route pour débuter :



    Après avoir circulé sur des routes devenant de plus en plus petite, nous arrivons devant le NOP avec son grand parking. L’histoire du parc, qui est initialement un refuge, tourne autour de son fondateur Tonnie van Meegen. Ce vendeur d’oiseaux a reçu au fil des années des perroquets que les particuliers n’arrivaient plus à garder chez eux. Au fil des ans, les perroquets se sont emmagasinés dans la maison et finalement il a fermé son commerce. Aidé de passionnés de perroquets, il a fondé le Nederlands Opvangcentrum voor Papegaaien. La fondation a été crée le 16 février 1987. Au départ, les perroquets étaient hébergés dans un grenier au-dessus d’une usine de meuble à Geldrop. Cette fabrique a pris feu mais heureusement l’ensemble des perroquets a pu être sauvé mais il a fallu trouver un nouveau lieu de vie. L’association s’est installée en 1992 sur un terrain de 9 hectares et a été nommé Papegaaienpark Veldhoven. Déjà mai en1993, il y avait 330 perroquets ici. Désormais, il y a un plus grande diversité d’espèces et d’installations avec notamment une serre tropicale ou une grande volière.





    Entrée du NOP.

    Voici donc un petit aperçu photographique de cet établissement.

    La première chose que nous rencontrons, sont les volières des amazones, petites et toutes identiques elles hébergent toutefois une très jolie collection.



    Volières des amazones.


    Amazone à tête jaune (Amazona oratrix oratrix).


    Amazone poudrée (Amazona farinosa farinosa).


    Amazone poudrée (Amazona farinosa farinosa) d’une mutation particulière.


    Amazone de Dufresne (Amazona dufresniana), pas très commun en captivité.


    Amazone de Cuba (Amazona leucocephala leucocephala).


    Les volières s’élargissent un petit peu et hébergent des perroquets de plus grande taille, des cacatoès et des aras. L’aménagement se compose de quelques grosses branches et le décor est composé de mur en parpaings.


    Volières des perroquets.


    Ara hybride (Ara sp).


    Cacatoès de Leadbeater (Cacatua leadbeateri).


    De l’autre côté de l’allée, le visiteur peut observer une très grande volière destinée à un couple de bucorve du Sud (Bucorvus leadbeateri).


    Volière des calaos.


    Bucorve du Sud (Bucorvus leadbeateri).


    Une petite volière octogonale, située un peu plus loin, héberge des écureuils de Prévost (Callosciurus prevostii) arrivés il y a quelques mois.


    Volière des écureuils.


    Ecureuil de Prévost (Callosciurus prevostii).


    Nous arrivons ensuite au niveau d’un endroit découvert. Un carré herbeux, aménagé de différentes branches et entouré d’un muret en pierres, a été créé en 1996 et a été nommé le « Lorre-Acker ». Une trentaine de perroquets vivent ici, ils ont un point commun : ils ne peuvent pas voler. Certains oiseaux sont de véritables accidentés de la vie qui ont été maltraités dans leur jeunesse.


    « Lorre-Acker ».


    Perroquet gris du Gabon (Psittacus erithacus) présentant un problème de croissance du fait d’une trop petite cage.


    Grand cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita).


    On y trouve également des rangées de volières de taille moyenne qui hébergent la majorité de la collection des aras du parc allant de l’ara militaire à l’ara hyacinthe.


    Volières pour aras.


    Ara à gorge bleue (Ara glaucogularis).


    On peut également voir plusieurs petites volières qui mélangent différentes espèces de continents différents.


    Petite volière typique.


    Amazone à front jaune (Amazona ochrocephala ochrocephala).


    Amazone à ailes oranges (Amazona amazonica).


    Une autre grande volière adjointe à la grande serre, construite dans le même style que celle des calaos terrestres, est visible. Cet espace héberge des vautours papes (Sarcorhamphus papa) et des vautours palmistes (Gypohierax angolensis).


    Volière des rapaces et vautour pape (Sarcorhamphus papa).

    Juste à côté, un petit enclos grillagé où la végétation est particulièrement dense est dédié à un couple de grues carronculées (Bugeranus carunculatus).


    Enclos des grues.

    Juste en face se trouve la première grande volière « tunnel ». Il y en a plusieurs à travers le parc et elles aussi sont occupées par différents perroquets d’horizons multiples. Uniques en Hollande, ces structures de 50 par 8 mètres permettent aux différents oiseaux de pouvoir voler. Les espèces présentées ici sont notamment le perroquet gris de Timneh (Psittacus erithacus timneh) ; le perroquet gris du Gabon (Psittacus erithacus erithacus) ; le rare petit cacatoès à huppe jaune de Hartert (Cacatua sulphurea occidentalis) présenté dans seulement 6 parcs européens ; le petit cacatoès à huppe jaune d’Abbott (Cacatua sulphurea abbotti), peu commun également ; le cacatoès banc (Cacatua alba) ; le cacatoès de Goffin (Cacatua goffiniana) ; l’amazone de Panama (Amazona ochrocephala panamensis) ; l’amazone à front bleu (Amazona aestiva aestiva) …


    « Volière géante ».


    Amazone hybride.


    On trouve aussi deux grandes volières avec un fond en bois. Aménagées de branches, elles offrent un volume d’évolution important aux grands calaos : rare calao à cimier (Aceros cassidix) – l’espèce est présentée depuis 2006 et s’est déjà reproduite en 2006 et 2008 – et calao ondulé (Rhyticeros undulatus).


    Volière typique pour calao et calao à cimier (Aceros cassidix).

    Nous allons ensuite pouvoir entrer dans l’enclos des lémuriens. Cet espace de contact a été inauguré le 13 octobre 2005 et a beaucoup de succès auprès des visiteurs. Initialement, l’installation était dédiée qu’à un groupe de makis cattas (Lemur catta) composés exclusivement de males issu du groupe reproduction du Dierenpark Amersfoort (Hollande) et ils ont été rejoints en 2008 par un groupe de mâles célibataires varis noirs et blancs (Varecia variegata variegata). Des muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi), dont un petit né en 2010, vivent également au sol et sont identifiés à tort comme des muntjacs d’Inde.


    Enclos de contact.


    Vari noir et blanc (Varecia variegata variegata).


    Maki catta (Lemur catta).


    Bébé muntjac de Chine (Muntiacus reevesi).


    Nous allons ensuite pouvoir observer une autre grande volière qui présente une plus grande diversité d’animaux puisque, en plus des perroquets, on y trouve des gallinacés, des grues couronnées et même un mâle muntjac. Une petite partie a été isolée du reste pour présenter un couple d’aras chloroptères.



    Deuxième grande volière.


    Faisan versicolore (Phasianus versicolor), pas très commun en captivité.


    Rare perroquet robuste d’Afrique du Sud (Poicephalus robustus robustus).


    Cacatoès de Ducorps (Cacatua ducorpsii) et cacatoès à huppe orange (Cacatua sulphurea citrinocristata).


    Dernière édition par alexpe8 le Mar 18 Jan 2011 - 19:03, édité 1 fois
    avatar
    alexpe8
    Admin

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par alexpe8 le Mar 18 Jan 2011 - 18:12

    En face, nous pouvons entrer dans une très grande volière de contact construite toute en longueur. Les oiseaux sont aussi mélangées mais on trouve une majorité de perroquets sud-américains et australiens. Malheureusement, les oiseaux restent souvent haut et le soleil n’était pas avec moi ce jour là, j’ai donc que très peu de photos exploitables.


    Volière de contact.


    Conure à tête bleue à queue pointue (Aratinga acuticaudata acuticaudata), cette sous-espèce est particulièrement rare en captivité.


    Avant de s’enfoncer dans une zone plus boisée, nous allons pouvoir observer différentes petites volières présentant plusieurs espèces de perroquets ensemble.


    Petite volière typique.


    Une sous-espèce rarissime en Europe du perroquet de Jardine (Poicephalus gulielmi massaicus).


    Non loin, nous apercevons dans un enclos deux silhouettes ressemblant à celles de chiens … Surpris, nous nous approchons et nous comprenons qu’il s’agit bien d’une race de chien, le Boerbull, créée par le fermier Boer en Afrique du Sud. Je pense qu’il s’agit d’animaux issus d’un refuge.


    Boerbull.

    Après cette étonnante découverte, nous revenons aux oiseaux avec une grande volière sur une structure en arc de cercle. Un florilège d’espèces y est une nouvelle fois présenté, citons notamment : faisan argenté (Lophura nycthemera) ; amazone à ailes oranges (Amazona amazonica) ; amazone à front bleu et ailes jaunes (Amazona aestiva xanthopteryx) ; ara militaire du Mexique (Ara militaris mexicana) ; ara bleu et jaune (Ara ararauna) ; rare cacatoès à huppe jaune de Abbott (Cacatua sulphurea abbotti) ; amazone à tête jaune (Amazona oratrix) …


    Grande volière 4.


    Faisane argentée (Lophura nycthemera).


    Amazone à lores rouges (Amazona autumnalis autumnalis).


    Plusieurs enclos forestiers hébergent les ratites de l’établissement sur plus d’une centaine de mètres à une des extrémités du parc. Aujourd’hui, on peut encore y observer des émeus australiens (Dromaius novaehollandiae) mais aussi une femelle casoar de l’Arfak (Casuarius bennetti papuanus). Trois femelles casoars de Bennet étaient arrivés à Veldhoven en 2002 du Vogelpark Avifauna (Hollande) : l’individu encore présent ici ; une femelle de la même sous-espèce qui vit depuis 2010 au Vogelpark Walsrode (Allemagne) ; et une femelle casoar de Heck (Casuarius bennetti hecki), dernière représentante de sa sous-espèce en Europe qui est morte en 2010.


    Enclos du casoar.



    Casoar de l’Arfak (Casuarius bennetti papuanus).


    Nous arrivons dans une zone beaucoup plus découverte autour d’un immense étang qui héberge des canards domestiques de couleur variée et des canards sauvages.



    Grand étang.


    Canard domestique.


    Nous pouvons nous engager à droite sur un ponton en bois au milieu du marais des échassiers. Ces derniers bénéficient de grandes volières à moitié immergées et particulièrement denses en végétation. On peut y observer des cigognes maguaris (Ciconia maguari) ; des grues cendrées (Grus grus grus) ; des grues antigones (Grus antigone antigone) ; des grues du Canada (Grus canadensis) ; des grues de Paradis (Anthropoides paradisea) …



    Marais des échassiers.


    Œufs de grues de Paradis.


    Nous quittons le marais des échassiers en nous engageant sur un long chemin au milieu d’une nature presque restée intacte.


    Dernière vue sur le marais des échassiers.


    Allée au bord de l’étang.


    Nous arrivons ensuite devant une installation construite il y a quelques années. Le résultat n’est pas vraiment satisfaisant, l’espace n’est pas grand, l’eau n’est pas tellement propre et la colonie de manchots de Humboldt (Spheniscus humboldti) arrivés en 2008 est réduite.



    Installation des manchots.

    Nous finissons le tour de l’étang pour s’engager à nouveau dans la forêt. Dans une petite clairière, les flamants ont été installés au bord d’un petit plan d’eau.


    Plan d’eau des flamants.


    Flamant hybride.


    En face, un étang de bonne taille héberge le groupe de pélicans à dos rose (Pelecanus rufescens).


    Plan d’eau des pélicans.

    Il nous faut ensuite emprunter une petite allée zigzagante qui nous amène au pied d’une volière étrange. Sa forme non-uniforme se justifie par le fait qu’une voiture abandonnée a été pausée au dessus, comme-ci elle s’y était écrasée. Cette installation au sol sableux héberge depuis mars 2010 deux caracals (Caracal caracal), espèce rare en Hollande.


    Volière des caracals.


    Caracal (Caracal caracal).


    Nous arrivons ensuite devant une zone en mauvais état, qui parait presque abandonnée. Autrefois il s’agissait d’enclos d’élevage pour anatidés mais ils sont désormais tous réunis et les canards évoluent un peu comme ils le veulent.


    Ancienne zone d’élevage des anatidés.


    Tadorne de Paradis (Tadorna variegata).


    Nous allons ensuite nous arrêter un peu devant une immense volière, si haute que de grands arbres se trouvent à l’intérieur. Cette très belle réalisation est dédiée à des pygargues à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus).


    Volière des aigles.


    Pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus).


    Le bâtiment suivant, réalisé en 2000, est assez troublant. Il se compose de différentes très petites cages accolées aux murs et ne touchant pas le sol pour que le nettoyage soit plus rapide. Généralement, ces installations hébergent les individus en transition, âgés ou malades.


    Rangée de volières « aériennes ».

    Quelques oiseaux que l’on peut y croiser :


    Rarissime perruche de Müller (Tanygnathus sumatranus sumatranus).


    Amazone à joues vertes (Amazona viridigenalis).


    Rare ara à collier d’or (Primolius auricollis).


    La suite de la visite nous amène à un point qui a fait en partie le succès du NOP : "Reuzenvolière" (littéralement la volière géante). Ouverte le 31 mai 1997 sur une superficie de 2500 m², il s’agissait à l’époque de la plus grande volière pour perroquets du monde. Dans cet amas de structures métalliques, le visiteur évolue dans un tunnel grillagé et peut observer les perroquets voler librement. Il y a plusieurs centaines de perroquets de plus d’une cinquantaine d’espèces selon le parc. Elle fait 80 par 40 sur une hauteur de 5 m !





    « Reuzenvolière ».

    Les visiteurs ont également la possibilité d’observer des volières de taille moyenne pour les espèces qui ne sont pas en semi-liberté. Ces installations se caractérisent par une structure reposant sur un coffrage en bois. On peut y voir :


    Cassican à dos blanc (Gymnorhina tibicen hypoleuca).


    Vanneau soldat (Vanellus miles).


    Faucon crécerelle d’Amérique (Falco sparverius).


    Faisane hybride ou domestique.


    Pirolle à bec rouge (Urocissa erythrorhyncha).


    Dans la grande volière, on peut observer :


    Mouton du Cameroon, qui fait office, avec tout son groupe, de tondeuse écologique.


    Grue demoiselle (Anthropoides virgo).


    Cacatoès de Banks (Calyptorhynchus banksii).


    Dernière édition par alexpe8 le Mar 18 Jan 2011 - 19:08, édité 1 fois
    avatar
    Eric
    Membre fidèle
    Membre fidèle

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Eric le Mar 18 Jan 2011 - 18:18

    Etonnant ce parc...
    avatar
    alexpe8
    Admin

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par alexpe8 le Mar 18 Jan 2011 - 18:26

    Nous quittons le tunnel grillagé pour nous engager dans une allée découverte qui s’en va sur la gauche. Trois volières de bonnes tailles et de conceptions récentes sont visibles. Les deux dernières ont été ouvertes en août 1998 et sont dédiées aux inséparables.


    Volière des râles.


    Volière des inséparables.


    Râle ypecaha (Aramides ypecaha) & insépérable masqué (Agapornis personatus).


    Nous arrivons ensuite devant l’une des faisanderies de l’établissement qui s’étend sur une bonne distance. Les volières sont relativement exiguës et manquent d’aménagement.


    Cage typique de la faisanderie.

    Voici une partie des espèces que l’on peut y croiser :


    Très rare faisan de Bornéo (Lophura ignita nobilis).



    Kalij à bandes de Birmanie (Lophura leucomelanos lineata) : mâle puis femelle.


    Faisan argenté (Lophura nycthemera).


    Faisan de Swinhoe (Lophura swinhoii).


    L’installation suivante est une vaste et haute volière en « L » qui mélange différents types d’habitat mais avec une majorité d’espace forestier. Bizarrement, elle héberge les espèces originaires des zones bordant les points d’eau alors qu’elle ne présente pas énormément d’espace aquatique.



    Grande volière.

    Voici quelques pensionnaires que l’on y croise :


    Très rare aigrette à face blanche (Egretta novaehollandiae).


    Ibis rouge (Eudocimus ruber).


    Vanneau huppé (Vanellus vanellus).


    Héron nocturne (Nycticorax nycticorax).


    Avocette élégante (Recurvirostra avosetta).


    Ibis à face noire (Theristicus melanopis).


    Les visiteurs peuvent ensuite s’avancer sur une large place. Il y a quelques années, un vieux bâtiment a été démoli pour laisser un bel emplacement pour une toute nouvelle volière opérationnelle depuis octobre 2002. La superficie de 1000 m² a été divisé en deux pour présenter d’un côté les kéas (Nestor notabilis) et de l’autre des cacatoès aux yeux bleus (Cacatua ophthalmica), espèce plutôt peu commune en captivité. Cette dernière a remplacé il y a quelques années les espèces plus rares qui étaient présentes avant : cacatoès de Banks (Calyptorhynchus banksii) mais surtout cacatoès de Baudin (Calyptorhynchus baudinii) jusqu’en 2007, cette espèce n’est plus présentée au public en Europe.


    Volière des kéas et cacatoès aux yeux bleus (Cacatua ophthalmica).

    En face, quelques grandes volières présentent des espèces communes de rapaces ; certains oiseaux de proie partagent d’ailleurs leur installation avec des pirolles à bec rouge que l’on a déjà pu voir dans une volière précédente.


    Grand duc d’Europe (Bubo bubo bubo).


    Buse variable (Buteo buteo).


    Autour d’un petit bâtiment, les visiteurs vont pouvoir observer différentes petites volières hébergeant majoritairement des cacatoès :



    Petites volières autour d’un bâtiment rectangulaire.

    Abrité sous un appentis, le visiteur peut observer un grand terrarium vitré qui héberge des tortues et des iguanes, eux aussi recueillis.


    Terrarium.

    Une nouvelle série de « volières suspendues » est accessible ensuite depuis une petite allée entourée de végétation. Ces installations, faciles à nettoyer, sont simplement fonctionnels et servent à loger différentes espèces de perroquets.



    Petites volières.


    Ara d’Illiger (Primolius maracana).


    Cacatoès à huppe orange (Cacatua sulphurea citrinocristata).


    Amazone de Tucuman (Amazona tucumana), pas très courant en captivité.


    Cacatoès corella (Cacatua sanguinea).


    Cacatoès triton (Cacatua galerita triton).


    Nous allons également pouvoir observer un petit enclos sableux qui est situé juste après un petit virage de l’allée. Cet espace, ouvert en avril 2001, permet de loger des petits mammifères – chiens de prairies, furet ou mouflettes – temporairement. Actuellement on y trouve un petit groupe de suricates (Suricata suricatta) en cohabitation avec des … (!) cochons d’Inde et des lapins.


    Enclos des mammifères.


    Cochon d’Inde.


    Tout autour de la grande serre tropicale, les visiteurs vont pouvoir observer de très nombreuses (au moins une trentaine) petites volières identiques présentant différents oiseaux exotiques – toucans, calaos, perroquets ou autres … – dans des conditions assez rudimentaires mais qui favorisent l’élevage. Les oiseaux disposent chacun d’espaces intérieurs qui sont partiellement visibles mais de loin et au travers des grillages dans la suite de la visite (à l’intérieur de la serre).




    Petites volières autour de la serre tropicale.

    Niveau collection, voila quelques spécimens que l’on peut y voir :


    Rarissime araçari à bec clair (Pteroglossus erythropygius) présenté dans seulement deux parcs en Europe : le NOP et le Zoo de Berlin.


    Calao trompette (Bycanistes bucinator).


    Le rare calao à crête blanche (Tropicranus albocristatus), visible dans 4 autres parcs européens.


    Perruche guarouba (Guarouba guarouba).


    Araçari vert (Pteroglossus viridis).


    Touraco à joues blanches (Tauraco leucotis).


    Très rare cacatoès laboureur (Cacatua pastinator) présenté dans une poignée de parcs en Europe.


    Martin triste (Acridotheres tristis).


    Nous allons ensuite pouvoir entrer dans la serre tropicale, le seul bâtiment visitable de l’établissement. « TropiJoy » a été inaugurée le 22 mai 2004 près de l’entrée du NOP. D’une superficie de 2000 m², ce bâtiment offre aux oiseaux une hauteur de 8 m et une végétation tropicale particulièrement bien développée.


    Entrée de « TopiJoy ».


    Restaurant à l’entrée de la serre.


    Nous montons aussitôt à l’étage pour avoir une vue globale sur la serre et en particulier sur la grande aire de jeu.


    Escalier dans la serre.


    Vue supérieure sur la serre tropicale.


    Nous évoluerons ensuite sur des planches en bois tout autour de l’espace tropicale où évolue les oiseaux en liberté. On trouve également de nombreuses petites volières grillagées qui sont relativement sombres. Elles hébergent des oiseaux exotiques sensibles et souvent très rares en captivité.


    Volière pour oiseaux rares sur la gauche.


    Mâle coq-de-roche des Andes (Rupicola peruvianus sanguinolentus), arrivé en 2005 de Wuppertal.


    L’une des deux femelles coq-de-roche d’Equateur (Rupicola peruvianus aequatorialis) arrivées en 2010.


    Toucanet koulik (Selenidera culik).


    Touraco à crête blanche (Tauraco leucolophus).


    Calao à casque rouge (Aceros corrugatus).


    Toucan à bec rouge(Ramphastos tucanus tucanus).


    Toucan vitellin (Ramphastos vitellinus).


    Araçari de Beauharnais (Pteroglossus beauharnaesii). Cette espèce, qui s’est déjà reproduit ici n’est présentée que dans deux autres parcs d’Europe.


    Jeune calao à casque rouge de Mindanao (Buceros hydrocorax mindanensis) né ici en 2009. Ils sont uniques en Europe.


    Ce calao de Palawan (Anthracoceros marchei) est, avec sa partenaire, le premier individu à avoir été présenté en Europe occidentale. Ils sont arrivés en 2010.


    Une autre partie du haut de la serre est réservée à de petits passereaux. Ils vivent dans des volières de taille réduite et fixées au mur qui ne leur offrent pas beaucoup de moyen de se cacher du regard du public sauf dans leur petites maisonnettes qui leur servent aussi de nid.


    Petites volières dans la serre.

    On peut y voir :


    Chardonneret rouge (Carduelis cucullata), assez rare en captivité.


    Femelle sporophile curio (Oryzoborus angolensis), unique en Europe.


    Diamant psittaculaire (Erythrura psittacea).


    Diamant à queue rousse (Neochmia ruficauda).


    Diamant de Bichenov (Taeniopygia bichenovii), assez rare en captivité.


    Diamant à cinq couleurs (Neochmia temporalis), rare en captivité.


    Femelle dacnis bleu (Dacnis cayana), rarissime en Europe.


    Cordon bleu (Uraeginthus cyanocephalus).


    Deux recoins ont été aménagées en terrariums pour présenter des invertébrés, des amphibiens et des reptiles de petite taille.



    Zone des terrariums.

    On peut y observer entre autre :



    Tégu commun (Tupinambis teguixin).


    Crapaud buffle (Rhinella marina).


    Serpent ratier gris (Scotophis alleghaniensis).


    Avant de descendre, nous jetons un dernier coup d’œil sur l’espace tropical où des oiseaux sont présentés en liberté.


    Volière du calo vue du haut.


    Vue sur le point de nourrissage en hauteur.



    « TropiJoy ».


    Au niveau inférieur, nous observons dans un premier temps une petite fosse qui héberge des tortues à éperons. Un espace a aussi été délimité pour la mascotte du parc, un ara bleu et jaune domestiqué que les visiteurs peuvent nourrir.


    Fosse des tortues.

    Les visiteurs arrivent ensuite au pied d’une grande volière qui monte jusqu’au niveau de l’étage supérieur. Elle est aménagée de nombreux troncs et branches qui permettent aux couples de calaos de Vieillot (Aceros leucocephalus) de ce percher en hauteur. Cette espèce rare en captivité est présentée au NOP depuis quelques années.


    Volière des calaos.


    Calao de Vieillot (Aceros leucocephalus).


    Dans une haute volière qui est malheureusement trop petite héberge un couple de calaos rhinocéros de Java (Buceros rhinoceros silvestris) depuis 2007.


    Volière des calaos & calao rhinocéros de Java (Buceros rhinoceros silvestris).

    Une autre volière, celle que l’on a vu du dessous tout à l’heure, est légèrement plus scénarisée et est visible un peu plus loin. Cette installation héberge un calao papou (Rhyticeros plicatus).


    Volière du calao.


    Calao papou (Rhyticeros plicatus).


    Non loin, une toute petite cage héberge une chevêchette du Pérou (Glaucidium peruanum), seule représentante de son espèce en Europe !


    Chevêchette du Pérou (Glaucidium peruanum).

    Nous allons ensuite nous intéresser à la zone où les oiseaux évoluent en totale liberté, au milieu de la végétation.






    Serre tropicale.

    Voila quelques espèces visibles ici :


    Mâle coracine à col nu (Gymnoderus foetidus). Le couple présent au NOP, le seul en Europe, s’est déjà reproduit à plusieurs reprises.


    Coracine chauve (Perissocephalus tricolor). Les animaux vivants au parc sont les seuls visibles du public sur le continent mais il semble que la CAVEX, le centre du Dr Quinque en héberge aussi.


    Colombine wonga (Leucosarcia melanoleuca), pas très commun en captivité.


    Souimanga de Hunter (Chalcomitra hunteri), espèce rarissime présentée dans deux parcs européens seulement.


    Coracine noire (Querula purpurata).


    Guit-guit émeraude (Chlorophanes spiza).


    Très rare cardinal à tête jaune (Pheucticus chrysogaster).


    Veuve dominicaine (Vidua macroura).


    Eperonnier napoléon (Polyplectron napoleonis).



    Coracine casquée (Cephalopterus penduliger).


    Carpophage blanc (Ducula bicolor).


    Carouge à capuchon (Chrysomus icterocephalus).


    Cossyphe à calotte neigeuse (Cossypha niveicapilla).


    Jacana noir (Jacana jacana).


    Femelle cotinga de Cayenne (Cotinga cayana).


    Nous quittons ensuite ce parc avec un sentiment partagé. Nous avons pu y voir de très rares espèces mais les oiseaux ne sont pas forcément visibles dans de très bonnes conditions. Il faut toutefois souligner que le parc est avant tout un centre de secours qui recueille de nombreux oiseaux en danger.


    Dernière édition par alexpe8 le Mer 19 Jan 2011 - 21:19, édité 6 fois
    avatar
    Eric
    Membre fidèle
    Membre fidèle

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Eric le Mar 18 Jan 2011 - 18:33

    Mis à part la fin du parc, on se croirait plus à un centre la LPO que dans un parc zoologique...

    Maxime.
    Membre confirmé
    Membre confirmé

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Maxime. le Mar 18 Jan 2011 - 19:27

    Ton scinque à langue bleue n'en est pas un, il s'agit d'un autre téju commun...;-)
    avatar
    Quentin.
    Membre actif
    Membre  actif

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Quentin. le Mar 18 Jan 2011 - 20:52

    Elle est bien triste cette fosse à tortue dans la serre tropicale.
    Je ne comprend pas pourquoi tant de zoos, s'obstinent à faire vivre les sulcatas en serre tropical alors que ce sont des espèces vivants dans des régions sablonneuses et qui ont besoin d'espaces.
    De plus dans quelques années elles auront vraiment besoin d'un enclos extérieur.
    avatar
    Thibaud
    Membre confirmé
    Membre confirmé

    Pays : FRANCE

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Thibaud le Mar 18 Jan 2011 - 21:20

    Je déteste les volières des amazones , toutes alignées , identiques , petites !!!!!
    Par contre qu'est ce que le faisan de Bornéo est magnifique !!!!!!

    kamichi
    Membre confirmé
    Membre confirmé

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par kamichi le Mer 19 Jan 2011 - 9:29

    Très bon compte-rendu !
    Il faut vraiment souligner que ce n'est pas un parc comme les autres, puisque c'est à l'origine un centre de recueil d'oiseaux malmenés ou délaissés, qui a une grosse activité, et qu'il a ouvert au public par besoin de ressources financières. Un peu comme le refuge de l'Arche, donc. Et donc personnellement je suis bcp plus indulgente sur les structures.
    avatar
    Eric
    Membre fidèle
    Membre fidèle

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Eric le Mer 19 Jan 2011 - 12:03

    En tout cas, merci Alex pour ce compte-rendu sur ce parc que je ne connaissais pas.
    avatar
    olive19
    Membre
    Membre

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par olive19 le Mer 19 Jan 2011 - 12:16

    Encore un super compte rendu Alex,merci ! heureux
    avatar
    elbabir
    Membre actif
    Membre  actif

    Pays : france

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par elbabir le Mer 19 Jan 2011 - 12:35

    Bon compte rendu alexpe8.

    C'est vrai que certaines volières font mal a voire!
    avatar
    Nouche
    Membre passionné
    Membre passionné

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Nouche le Mer 19 Jan 2011 - 12:50

    Merci encore Alex' pour ce carnet de voyage illusté de belles photos de grande taille permettant de les apprecier à leur juste valeur Wink
    avatar
    Martin
    Membre actif
    Membre  actif

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Martin le Mer 19 Jan 2011 - 13:01

    Il faut pas mettre les refuges au même niveau que les grands parcs !!
    La collection de celui ci est superbe mais bien sur que le budget n'est surement pas la pour permettre des grandes volières pour toutes les espèces.
    C'est vrai que la fosse a tortue elle est toute petite !! Si c'était juste un enclos intérieur avec un accès exterieur quand la météo le permet ok mais ...

    En tous cas bravo Alex ce qui n'ont jamais essayé de faire des comptes rendus ont pas idée du boulot que ca represente thumright thumleft
    avatar
    Therabu
    Membre actif
    Membre  actif

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Therabu le Jeu 20 Jan 2011 - 11:28

    Il faut vraiment connaitre le fonctionnement et la finalité de ce parc pour l'apprécier. Pourquoi avoir abandonner le format PDF ?
    avatar
    alexpe8
    Admin

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par alexpe8 le Jeu 20 Jan 2011 - 12:04

    Justement parce que ce n'est pas un compte rendu mais un carnet de voyage ; le but était de faire partager des photos.

    Maxime.
    Membre confirmé
    Membre confirmé

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Maxime. le Jeu 20 Jan 2011 - 12:46

    Au fait, j'oubliais : le parc ne s'appelle plus le NOP (Nederlands Opvangcentrum voor Papegaaien) mais plus simplement le parc à perroquets de Veldhoven "Papegaaienpark Veldhoven", le terme NOP ayant été gardé pour le centre servant à reccueillir les oiseaux...Donc il s'agit d'un compte-rendu du Papegaaienpark, pas du NOP Wink

    Lolo06
    Membre confirmé
    Membre confirmé

    Pays : France

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Lolo06 le Mar 8 Mar 2011 - 16:40

    :coucou:
    C'est seulement maintenant que je viens de tout lire et de regarder toutes les photos, mais je trouve la collection d'oiseaux, surtout d'oiseaux rares impressionnante Shocked .Notamment les ...(2 secondes ^^ ),les Araçaris magnifiquement colorés!
    Dommage que les installations ne soient pas vraiment toutes tip-top hein Neutral , mais bon.
    Cependant je trouve la serre très bien végétalisée, et les photos (même si je ne connais strictement rien à la photographie geek) sont très réussies, j'ai découvert plein d’espèces que je ne connaissais alors.
    Mes commentaires ne servent strictement à rien, mais j'ai ressenti un grand besoin de m'exprimer lol!
    voili voilou ...

    Contenu sponsorisé

    default Re: Premier jour en Hollande : NOP Veldhoven

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 17:12