[Zoodyssée] Elevage de visons d'Europe (Mustela lutreola)

    Partagez
    avatar
    Krystal
    Membre confirmé
    Membre confirmé

    Pays : Angleterre

    Nouveauté [Zoodyssée] Elevage de visons d'Europe (Mustela lutreola)

    Message par Krystal le Jeu 16 Déc 2010 - 20:51

    Le parc animalier des Deux-Sèvres vient d’être choisi par la direction régionale de l’environnement Aquitaine pour accueillir l’unique centre d’élevage de visons d’Europe en France.


    Zoodyssée sera bientôt partie prenante d’un combat engagé depuis 1999 pour protéger le vison d’Europe, petit mustélidé brun menacé de disparition dont il ne reste plus qu’une centaine d’individus en France répartis dans l’Ouest. Dès 2012, le parc animalier des Deux-Sèvres, qui a répondu à un appel à projet du ministère de l’Ecologie lancé dans le cadre du second plan national de restauration de cette espèce, accueillera en son sein une soixantaine de spécimens, dont deux tiers de femelles, dans le but de renforcer la population existante. Les petits nés de la reproduction printanière seront réintroduits dans la nature par la direction régionale de l’environnement Aquitaine. « C’est une reconnaissance de notre savoir-faire. Zoodyssée est certifié ISO 14001, spécialisé dans la faune européenne depuis quarante ans et soutenu financièrement par le département, son propriétaire, qui place la biodiversité parmi ses priorités. Ces trois éléments ont joué en notre faveur », affirme Dominique Meignan, directeur du parc.

    Chaque vison aura son enclos de 12 m2 agrémenté d’un bassin traité avec des plantes. Mâles et femelles ne seront mélangés que sous surveillance durant leurs trois jours de chaleur. Mais un à deux visons d’Europe seulement seront exposés au public en raison de leur caractère craintif et de leur grande sensibilité aux maladies des animaux domestiques. Des visons d’Amérique seront présentés près d’eux « pour mettre en évidence le problème des espèces invasives. Importés et élevés en batterie pour leur fourrure, ils se sont implantés suite à diverses évasions et participent au déclin du vison d’Europe en occupant sa niche écologique », explique Bernard Ragot, autre responsable du parc animalier. La disparition des zones humides et les campagnes de piégeage ou d’empoisonnement des rongeurs déprédateurs seraient aussi en cause. « On espère, conclut Bernard Ragot, que ce programme va déclencher un intérêt au niveau de la recherche pour compléter nos connaissances. »

    ===========

    Un élevage de visons d’Europe, très menacés, va s’implanter à Chizé.

    Le département a gagné l’appel à projets lancé par l’Etat. Unique en France.

    La nouvelle vient de tomber. Gagné ! C’est en Deux-Sèvres que va s’implanter l’unique centre en France d’élevage de visons d’Europe. Le Département avait répondu à l’appel à projet lancé par le ministère de l’Environnement « mais il y avait beaucoup de candidats ». Le choix des Deux-Sèvres sur le site de Zoodyssée constitue un vrai gage de reconnaissance pour un parc qui a déjà fait ses preuves en la matière. Avec 50.000 à 60.000 visiteurs par an, il peut déjà s’enorgueillir de jouer un rôle évident dans la sensibilisation du public à la nature.

    Mais depuis quelques années, il peut également se targuer de jouer également un rôle concret dans sa préservation. Il élève ainsi des espèces menacées dans le but de les relâcher « quand l’action sur le milieu, l’habitat ne suffisent pas et qu’il faut aussi repeupler ». L’aventure a commencé (avec la LPO) avec la fameuse outarde canepetière, élevée aux grillons polonais (avant un élevage aussi local de ces insectes). Une trentaine de spécimens sont ainsi relâchés chaque année. Elle s’est poursuivie plus récemment avec une jolie tortue, la cistude d’Europe suite à un SOS de la Savoie. « Le lac du Bourget était dans un état lamentable. Ils ont commencé par le restaurer en parallèle de ce programme de repeuplement ». Un premier « relâchage » de bébés tortues nées à Chizé a eu lieu l’an passé et un deuxième en juin dernier. Une opération minutieuse quand on sait que la petite cistude doit rester deux ans « à la maison » avant d’atteindre les cinq centimètres nécessaires à sa prise d’autonomie. Soit dit au passage, les soigneurs peuvent même choisir le sexe en couveuse en fonction des besoins. A plus de 29 degrés, éclora une femelle et à moins de 28 degrés, ce sera un mâle qui sortira de la coquille !

    “ Disponible ” trois jours par an

    La « famille » de l’élevage à Zoodyssée va donc compter, l’année prochaine, un nouveau venu avec le vison d’Europe. Une espèce qui figure sur la triste liste des vingt menacées d’extinction en Europe. La faute à beaucoup de raisons, et notamment l’introduction de son « cousin » d’Amérique, importé massivement pour sa fourrure, qui s’est retrouvé en nombre dans la nature. Et bien malin qui les distinguera. A terme, ce sont une soixantaine de femelles que le parc abritera pour la reproduction. Une reproduction pour le moins ardue puisque madame n’est « disponible » que trois jours par an. Toute la subtilité consistera donc à détecter ces jours, pour leur présenter les mâles au bon moment. Et attention, pas longtemps, car après, madame vison a besoin d’un certain isolement !


    (Source: http://www.furets-visons.com/t5626-vison-d-europe.htm)

      La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû 2017 - 10:41