Zoodyssée - Chizé (Deux-Sèvres - 72)

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    default Zoodyssée - Chizé (Deux-Sèvres - 72)

    Message par Invité le Mer 11 Juil 2007 - 13:07

    Zoodyssée

    Centre touristique et pédagogique de Chizé
    79360 Villiers en Bois
    FRANCE









    Informations pratiques pour le bon déroulement d'une visite :


    Horaires d'ouverture :

    De février à mars : 13 h à 18 heures (Fermé le mardi),
    Avril : tous les jours de 10 h à 18 heures,
    De mai au 3 septembre inclus : tous les jours de 10 h à 19 heures,
    Du 5 septembre à novembre : 13 h à 18 heures (Fermé le mardi),
    Janvier et décembre : fermeture annuelle

    Tarifs d'entrée :

    Adultes : 9 euros
    Enfants (De 4 à 12 ans) : 5 euros

    Une promenade en calèche à travers le parc, en compagnie d'un guide, est proposée, pour un supplément de 3 euros par adultes, et de 2, 50 euros par enfants.

    Comment se rendre à zoodyssée ?

    Situé à 20 minutes au sud de Niort (Deux-Sèvres) sur la D1, et à deux heures de Bordeaux.
    A 2 h 15 de la gare Montparnasse (Paris) :



    Zoodyssée en chiffres :


    Date d'ouverture : 1972

    Nombre d'animaux et d'espèces : 476 animaux appartenant à 67 espèces différentes.

    Superficie : 25 hectares.

    50 000 visiteurs en 2003.



    Zoodyssée est situé au cœur de la forêt domaniale de Chizé, qui s’étend sur près de 2600 hectares, la plaçant, par sa superficie, en tête des parcs forestiers de la région des Deux-Sèvres (72).

    Ainsi, aux alentours du parc, les affûts du soir et du matin permettent d’admirer le chevreuil à la recherche de sa nourriture, le sanglier fouillant le sol, le renard poursuivant les mulots ou la martre, la fouine ou la rare genette.
    A l’aide de jumelles, on ne peut manquer d’identifier la buse variable et le milan noir, paisibles rapaces, le circaète Jean-le-blanc, grand chasseur de reptiles, ainsi que de nombreux autres oiseaux forestiers.


    Historique :



    Ouvert en 1972, le Zoorama européen se transforme progressivement pour offrir à ses visiteurs plus de confort, et une forme originale de découverte et de compréhension du monde animal, et devient Zoodyssée.
    Depuis 2002, date du début de la rénovation complète du site, de nombreux travaux sont entrepris partout dans le parc, notamment afin de développer un meilleur accueil pour les visiteurs. Les animaux ne sont pas non plus en reste, et leurs enclos sont régulièrement améliorés, tandis que de nouvelles espèces viennent s'ajouter à la collection, exclusivement européenne.
    avatar
    Invité
    Invité

    default Re: Zoodyssée - Chizé (Deux-Sèvres - 72)

    Message par Invité le Mer 11 Juil 2007 - 13:07



    Le bâtiment d’accueil a été aménagé entre 2002 et 2003 et avait marqué l'évolution de l'établissement zoologique. Sur une surface de près de 2000 m², il répond à des techniques respectueuses de l’environnement (Haute Qualité Environnementale).


    Bâtiment d’accueil.

    Une fois payé son droit d’entrée, le visiteur peut se diriger vers la droite du bâtiment, où il découvre une première salle, où sont organisés diverses expositions temporaires sur la nature, entre autres de photos aériennes, ou encore de peintures artistiques.


    Salle d’expositions.

    La deuxième salle, immergée dans le noir, permet de s’habituer aux bruits de la forêt. Des sons de rapaces, de loups, ou encore du vent dans les branches des arbres peuvent ainsi être agréablement écoutés.

    Une fois avoir retrouvé l’air libre, nous pouvons rejoindre la première partie du zoo, appelée « petit parc », où sont présentés des espèces animales de taille réduite.
    Deux fosses, aux contours de faux rochers, sont le lieu de présentation de deux espèces de carnivores rarement présentés en parcs zoologiques.


    Fosses aux petits carnivores.

    Un groupe de trois renards polaires, deux mâles et une femelle (Alopex lagopus), arrivés au début de l’année 2007 en provenance du Jardin des Bêtes (12), et des blaireaux d’Europe (Meles meles) y évoluent.
    Un sol herbeux, une cabane en bois, et quelques rochers viennent agrémenter la première, tandis que les suivants possèdent une dense végétation, et un monticule rocheux au centre de l’enclos. Des chênes viennent apporter de l’ombre aux animaux, tandis que, grâce à un tunnel aménagé entre les deux installations, le public peut observer les animaux dans leurs loges respectives, où ils passent le plus clair de leur temps.


    Enclos des renards polaires


    Enclos des blaireaux d’Europe


    Renard polaire


    Tunnel menant aux terriers intérieurs des petits carnivores


    Terrier des blaireaux


    Une autre fosse herbeuse, de plus grande taille, autrefois occupée par des ours bruns d’Europe, abrite depuis 2006, un groupe de ratons laveurs (Procyon lotor).
    Une portée de 6 petits est venue, le premier avril 2007, augmenter l’effectif de la troupe, qui compte une dizaine d’individus.
    Un bassin entouré de plantes aquatiques permet aux animaux de se désaltérer, tandis que des pierres dispersées dans l’enclos leur permettent de se dissimuler du regard du public.


    Enclos des ratons laveurs.


    Jeunes ratons laveurs


    Raton laveur femelle

    Une « animalerie », érigée au courant de l’année 2007, présente au public, derrière de grandes baies vitrées, la nourriture préparée pour les pensionnaires du parc, et les derniers-nés de Zoodyssée, principalement des reptiles et des petits mammifères.


    « Animalerie »


    Intérieur de « l’animalerie ».

    Un enclos bétonné, surmonté d’un monticule rocheux creusé de cachettes, et bordé d’un petit plan d’eau, est le lieu de vie d’un groupe reproducteur de ragondins (Myocastors coypus), rongeurs semi-aquatiques particulièrement communs sur les plans d’eau français.
    Un large panneau informatique, disposé à cet endroit, explique la fonction des différents terriers que réalisent les animaux, notamment les renards, ou les blaireaux.


    Ragondin


    Enclos des ragondins

    Le visiteur peut, ensuite, s’il le souhaite, pénétrer dans la mini ferme du parc, où il découvre de nombreuses espèces domestiques, qu’il est possible de caresser.


    Intérieur de la mini ferme

    Un enclos herbeux de grande taille, aménagé sur une partie en forte pente, présente un grand carnivore très redouté, à tord, et dont l’effectif ne cesse de diminuer en Europe : Le loup (Canis lupus). Les 5 individus, 3 mâles et deux femelles, étaient auparavant présentés dans un enclos de plus petite taille, actuellement en cours de rénovation, que nous découvrirons par la suite, en fin de visite. Leur demeure, a, depuis 2007, triplé de volume, et ils possèdent aujourd’hui une partie boisée, totalement découverte, tandis que les animaux possèdent des rochers, et des terriers artificiels où ils passent la plupart de leur temps, cachés.
    Un grand observatoire en bois, surmonté, nous permet de les observer sans les déranger.


    Observatoire devant l’enclos des loups


    Partie forestière de l’enclos des loups


    Partie découverte et en pente de l’enclos des loups


    Loup gris d’Europe


    Loup gris d’Europe

    Nous pouvons désormais abandonner pour quelque temps la première partie du parc, pour rejoindre le « grand parc », où sont présentés de nombreux herbivores. Ils évoluent dans des enclos grillagés de plusieurs hectares, possédant tous une large zone aménagée sous le couvert des arbres, et un bâtiment en bois, visible du public grâce à de petites ouvertures, où est installé la nourriture ; des bottes de paille. Il faut également noter que la plupart des espèces sont craintives envers les visiteurs, et se tiennent particulièrement éloignés de ces derniers, et qu’elles se reproduisent régulièrement dans ces conditions de vie optimale.


    Sentier menant à la deuxième partie, « grand parc »


    Enclos typique du « grand parc », ici occupé par des mouflons de Corse

    Ils sont respectivement le lieu de vie de daims communs (Dama dama), de cerfs élaphes (Cervus elaphus), de chevreuils (Capreolus capreolus), de mouflons de Corse (Ovis ammon), de bouquetins des Alpes (Capra ibex), dont un mâle aux cornes particulièrement impressionnantes, de cerfs sikas (Cervus nippon), et de moutons d’Ouessant.


    Troupeau de cerfs élaphes


    Mâle daim commun


    Mâle bouquetin des Alpes


    Mâle cerf sika

    Un enclos de semi-contact, ouvert au public, permet une proximité importante avec un groupe de 3 chamois des Pyrénées, aussi appelés isards (Rupicapra pyrenaica), accompagné de leur dernier petit, une femelle qui a vu le jour le 23 avril 2007.


    Enclos de semi-contact des isards


    Jeune isard et sa mère


    Isard, ou chamois des Pyrénées

    Un groupe de 3 tarpans (Equus gmelini), espèce peu commune en parcs zoologique est également présenté à leurs côtés. Ce cheval des plateaux, est considéré comme l'ancêtre de toutes les races de type léger actuellement vivantes. Il ressemble beaucoup au cheval de Prjevalski. La race est désormais éteinte, le dernier exemplaire en liberté était mort en 1879 pour échapper à la capture, près du village d'Agaimon. En 1887, le dernier sujet en captivité s'éteignait Moscou en 1889. Il a donc été reconstitué, au plus près de ses gênes, grâce à l’hybridation de différentes races de poneys et de chevaux.


    Cheval tarpan

    Recréés de la même sorte, des aurochs (Bos primigenius) évoluent dans un enclos herbeux de grande taille. Des reproductions sont enregistrées chaque année, la dernière naissance datant de mai 2007.


    Auroch reconstitué

    Une sombre volière de petite taille, autrefois occupée par des chouettes hulottes, abrite depuis 2007 une genette d’Europe (Genetta genetta). Un vieux décor de grenier, comprenant une échelle en bois, des troncs nus, et des bottes de paille, sert d’aménagement et de cachettes au mustélidé. Cet animal relativement peu courant en captivité est, pour le moment particulièrement stressé, mais devrait dans les mois à venir, découvrir une toute nouvelle volière de grande taille, actuellement en construction.


    Genette d’Europe


    Enclos de la genette


    Futur enclos, ici en construction, de la genette

    Un enclos rocailleux ombragé, est le lieu de vie d’un important groupe de sangliers européens (Sus scrofa), dont la baignade dans les mares de boue fait partie de leur principale occupation.


    Marcassin, jeune sanglier d’Europe


    Enclos des sangliers

    La présence de bisons d’Europe (Bison bonasus), imposants bovidés, autrefois abondants dans les plaines du nord de l’Europe, mais aujourd’hui menacés d’extinction, termine la présentation d’herbivores du grand parc.


    Bison d’Europe


    Enclos des bisons d’Europe

    Le retour vers le petit parc est marqué par l’enclos des 4 lynx d’Europe (Lynx lynx).
    Celui-ci, plutôt sombre car aménagé sous le couvert des arbres, est surmonté d’une butte de terre, où il n’est pas rare d’observer les félins dominant leur installation à plusieurs mètres de hauteur. L’intérieur de leur bâtiment est également visible, par l’intermédiaire d’une baie vitrée. Il faut noter que la plupart des lynx réintroduits en milieu naturel en France, dans les Vosges, sont nés et ont grandi à Zoodyssée.


    Lynx d’Europe


    Enclos des lynx

    En quittant le sous-bois, le visiteur découvre une petite fosse herbeuse, semblable à celle des renards polaires, découverts en début de visite.
    La végétation basse y est laissée haute, et permet ainsi aux chats suavages d’Europe (Felis sylvestris) présentés dans cette structure de se dissimuler facilement du regard du public.
    Cette espèce peu commune en parcs zoologiques français, relativement proche du chat domestique, est présenté à Zoodyssée depuis près d’un an, et s’est reproduit pour la première fois le 14 avril 2007, où une portée de 4 chatons a vu le jour.


    Chat sauvage d’Europe


    Chat sauvage d’Europe


    Enclos des chats sauvages

    L’ancien enclos des loups se situe non loin de là. Aujourd’hui en travaux, il est divisé en deux parties et devrait prochainement accueillir le groupe de renards polaires, et les vautours fauves, dont la présentation se fera en plein air, que nous découvrirons plus loin.

    Une petite structure herbeuse, séparée des visiteurs par un discret fossé et une barrière grillagée, abrite un vieux mâle chien viverrin (Nycteureutes procyonoides). Ce canidé, dont il est le seul représentant à hiberner, est particulièrement rare dans les établissements zoologiques européens, car étant réputé craintif et peu visible.
    Au parc, il ne dispose malheureusement pas de véritables cachettes où il peut se morfondre, et est particulièrement stressé.


    Mâle chien viverrin


    Enclos du chien viverrin
    avatar
    Invité
    Invité

    default Re: Zoodyssée - Chizé (Deux-Sèvres - 72)

    Message par Invité le Mer 11 Juil 2007 - 13:07

    Non loin de là, une grande installation vitrée, aménagée tout en longueur, est le lieu de vie d’un important groupe de spermophiles d’Europe, plus communément appelés sousliks (Spermophilus citellus). Arrivés au courant de l’année 2006, ces petits animaux à l’allure de souris, est l’équivalent européen des chien de prairie. Moins communément présentés (Zoodyssée serait d’ailleurs le seul parc à en présentés en France), et de taille plus petite, il dispose ici d’une vaste galerie de terriers, de rochers, et d’une végétation laissée haute. Il est ainsi particulièrement dure de les observer, même si, après quelques minutes d’attente sans aucun bruit, la troupe, comptant près d’une dizaine d’individus, se montre et s’amuse ainsi à une partie de cache-cache avec les visiteurs. Une première naissance de 6 individus a été observée le 25 mai 2007, une première française, et de nombreuses mises bas devraient être enregistrées ces prochains mois.


    Souslik, ou spermophile d’Europe


    Enclos des sousliks

    Un vaste enclos herbeux, agrémenté d’un petit point d’eau et d’une plate-forme surélevée, où les cigognes blanches (Ciconia ciconia) hébergées dans cette structure, construisent leur nid et élèvent régulièrement leurs poussins.


    Cigogne blanche


    Enclos des cigognes blanches

    Le monde des oiseaux, encore non présent jusqu’à cette partie du parc, comprend pourtant 50 individus, d’une dizaine d’espèces différentes.
    Ils sont abrités dans des petites volières au sol herbeux, et au fond rocheux, percé de cachettes, donnant directement accès aux loges intérieures. Des branchages disposés à hauteur font office de perchoirs aux animaux, tandis que quelques arbustes apportent une touche naturelle.


    Volière typique pour rapaces, ici occupé par des chouettes hulottes

    Ils sont principalement le lieu de vie de rapaces, dont voici les espèces :

    Vautour percnoptère (Neophron percnopterus)
    Buse variable (Buteo buteo)
    Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)
    Chouette effraie (Tyto alba)
    Grand duc d’Europe (Bubo bubo bubo)
    Harfang des neiges (Nyctea scandiaca)
    Chouette hulotte (Strix aluco)
    Milan noir (Milvus migrans),
    Et de pigeons bisets (Columba livia).


    Chouette hulotte


    Buse variable


    Harfang des neiges

    Une volière de plus grande taille, séparée des visiteurs par de simples fils posés à la verticale, abrite pour peu de temps encore, une grande espèce de rapace charognard européen, ici représenté par 5 individus : Le vautour fauve (Gyps fulvus). Une fois transférés vers l’ancien enclos des loups, les hiboux grands-ducs d’Europe devraient prendre possession de leur volière, tandis que le parc accueillerait pour remplacer ces derniers, une nouvelle espèce :
    La chouette épervière (Sturnia ulula).


    Vautour fauve


    Volière des vautours fauves

    Une fosse de taille relativement réduite, dont le sol bétonné a été recouvert d’un fin substrat d’écorces, et dont seule une petite structure de pierre disposée au centre de l’enclos sert d’enrichissement aux animaux, est le lieu de vie de 4 porcs-épics à crête (Hystrix cristata).
    Cette espèce de rongeur africain est présentée à Zoodyssée car des populations évoluent en Italie, et au sud de la Méditerranée.


    Porc-épic à crête


    Fosse des porcs-épics

    Un couple de loutres d’Europe (Lutra lutra) est présenté à leurs côtés, dans une petite installation comprenant un monticule rocheux, où se trouvent les loges intérieures des animaux, et un petit bassin bétonné. Ces conditions de vie inadaptées devraient dès courant 2008, évoluer, un nouvel enclos pour loutres étant programmé. Les travaux devraient débuter dans quelques mois.


    Loutre d’Europe


    Enclos des loutres d’Europe

    La visite touchant à sa fin, il reste tout de même le plus grand bâtiment de Zoodyssée, à découvrir, où sont présentés une vingtaine d’espèces de reptiles européens, rarement présentés en zoos, où on leur préfère des animaux exotiques et plus impressionnants.


    Vivarium

    Avant de rentrer dans le vivarium, deux petits enclos, l’un agrémenté d’un bassin, l’autre exclusivement terreux abritent respectivement des cistudes d’Europe, ou tortue des marais (Emys orbicularis), et des tortues grecques (Testudo graeca), en cohabitation avec des tortues d’Hermann (Testudo hermani).
    La Cistude est intégralement protégée en France, mais elle souffre d'une concurrence sur sa niche écologique due à la tortue de Floride (Trachemys scripta elegans) et de la tortue hargneuse (Chelydra serpentina), espèces exotiques, relâchées par leurs propriétaires car devenant trop encombrantes pour leurs terrariums. De nombreux zoos se mobilisent ainsi, construisant, comme au Jardin zoologique de la Tête d’Or (Lyon), des bassins où peuvent être relâchés en toute sécurité les tortues de Floride sans que celles-ci n’envahissent et détruisent les mares françaises, et, par la même occasion, les cistudes.

    L’intérieur du vivarium est constitué de plusieurs rangées de terrariums en bois de taille moyenne, dont l’ajout de pierres, de branches mortes et d’écorces rend parfois difficile l’observation des animaux.
    Au fond du bâtiment, une dizaine de petits enclos vitrés intégrés dans le mur, présentent des espèces de petite taille, le plus souvent nés au parc.


    Intérieur du vivarium

    Une liste des espèces présentées dans cette installation pourrait être la suivante :

    Grand groupe reproducteur de rats des moissons (Micromys minutus), le plus petit rongeur d’Europe, qui disposent d’un vaste réseau de galerie fait dans la paille fournie à cet effet par le personnel du parc,
    Couleuvre d’Esculape (Elaphe longissima)
    Couleuvre à quatre bandes (Elaphe quatuorlineata)
    Couleuvre fer à cheval (Coluber hypocrepis)
    Couleuvre verte et jaune (Coluber viridiflavus)
    Coronelle lisse (Coronella austrica)
    Couleuvre vipèrine (Natrix maura)
    Couleuvre à collier (Natrix natrix)
    Couleuvre tessellée (Natrix tesselata)
    Vipère ammodyte (Vipera ammondytes)
    Vipère aspic (Vipera aspis)
    Vipère péliade (Vipera berus)
    Lézard ocellé (Lacerta lepida)
    Lézard vert (Lacerta viridis)
    Orvet des Balkans (Ophisaurus apodus), aussi appelé scheltopusik,

    Crapaud commun (Bufo bufo) et
    Grenouille verte (Rana esculenta).



    Couleuvre à collier


    Lézard ocellé


    Orvet des Balkans aussi appelés scheltopusik


    Grenouille verte


    Vipère ammodyte

    En sortant du vivarium le visiteur découvre le dernier enclos de Zoodyssée, une profonde fosse, dont le sol bétonné a été recouvert d’un substrat d’écorces, et dont le centre est surmonté d’un grand monticule rocheux. Des magots, ou macaques de Barbarie (Macaca sylvanus), seuls primates vivant sur le continent européen, y évoluent tristement depuis plusieurs années. Tout comme les loutres, ils devraient durant l’été 2008 découvrir un large enclos en construction dans les sous-bois du grand parc, et découvrir l’herbe et les arbres.


    Enclos des magots

    6 pavillons « humanimals », aménagés entre 2004 et 2007, ont été dispersés dans le parc. Ces bâtiments dans le quel le visiteur est invité à rentrer, permet, grâce à une présentation pédagogique et ludique, de découvrir la vie des animaux, selon des thèmes, comme la Vision, l’audition, la nutrition, la reproduction, le 6ème sens ou la vie sociale, grâce à l’intermédiaire de bornes interactives de jeux, de panneaux pédagogiques ou même d’animaux vivants.
    Alors, les serpents sont-ils sourds ? Que signifient les grimaces des singes ? Les insectes voient-ils moins bien que nous ?
    Ces questions n’auront plus de secrets pour le public après leur visite à Zoodyssée !


    Pavillon « humanimal »


    En conclusion, Zoodyssée fournit une agréable promenade forestière au milieu d’une importante diversité d’animaux, parfois peu courants en parcs zoologiques.
    La pédagogie y est très présente, et l’on sent une vraie volonté de remplacer, de créer, ou de rénover, et de nombreux projets sont en cours de réalisation.
    avatar
    Iziona
    Admin

    Pays : France

    default Re: Zoodyssée - Chizé (Deux-Sèvres - 72)

    Message par Iziona le Mer 11 Juil 2007 - 17:39

    Encore une merveille ce compte rendu, chapeau bas Maxime..

    Ce parc à l'air de ressembler à tous points à un autre zoo du même type que j'ai visité cette année, Pescheray.
    Toi qui a visité les 2 parcs, lequel a tu le plus apprécié?
    avatar
    Invité
    Invité

    default Re: Zoodyssée - Chizé (Deux-Sèvres - 72)

    Message par Invité le Mer 11 Juil 2007 - 17:51

    En effet, de part leur collection, les deux parcs ont un grand point commun...
    Personnellement, j'ai préféré zoodyssée à Pescheray, même si je n'ai visité qu'une fois ce dernier, contre trois visites à Chizé...
    La pédagogie est bien plus présente à Zoodyssée, les enclos y sont aussi grands, et les espèces plus diverses (Ampibiens, oiseaux, reptiles, mammifères, invetébrés...) contre oiseaux - mammifères à Pescheray....

    Contenu sponsorisé

    default Re: Zoodyssée - Chizé (Deux-Sèvres - 72)

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 24 Oct 2017 - 6:13