Projets zoo Zürich\Zoo Bâle

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    default Projets zoo ZürichZoo Bâle

    Message par Invité le Ven 5 Jan 2007 - 8:38

    Animaux logés dans des parcs cinq étoiles
    Fini les cages. Aujourd’hui, les bêtes vivent dans de véritables parcs reproduisant leur habitat naturel. Exemple à Zurich.

    COHABITATION: Les animaux font vie commune, à Bâle comme dans la savane. Avec, parfois, un drame, comme il y a deux ans, quand trois hippopotames avaient blessé à mort un zèbre. / SWISS-IMAGE.CH
    Blottis contre le mur de leur enclos, une vingtaine de géladas tentent de se réchauffer au pâle soleil hivernal. Ces grands singes d'Ethiopie, cousins des babouin s, sont parmi les plus vieux pensionnaires du jardin zoologique de Zurich. Depuis 1955, ils sont parqués dans une fosse agrémentée d'un plan d'eau et d'un empilement de rochers plats servant de poste d'observation.

    Cavités chauffées en hiver

    Or quelques centaines de mètre plus loin, les trax s'affairent sur un gigantesque chantier. Dès cet automne, les primates auront un nouveau chez-eux. En effet, le zoo de Zurich s'apprête à reproduire sur 6500 m 2 les hauts plateaux éthiopiens: un paysage fait de collines plutôt dénudées, d'arbres et de prairies. Les singes herbivores y trouveront une partie de leur nourriture de manière autonome. La nuit, ils pourront se retirer dans les cavités creusées à même la paroi rocheuse. Comble du luxe: elles seront chauffées en hiver.

    Pour voir les animaux, le visiteur se promènera dans le parc sans clôture. Des barrières naturelles le protégeront des animaux. Grâce à un aménagement fait de huttes en bois rappelant l'architecture éthiopienne, il aura l'impression d'être sur place, comme lors d'un safari. L'ensemble du projet, devisé à 6,5 millions de francs, est principalement financé par des donateurs.

    Cohabitations audacieuses

    «La cage dans laquelle l'animal marche de long en large est définitivement révolue, explique Robert Zingg, biologiste et curateur du zoo de Zurich. La sensibilité du visiteur a changé, il veut voir les bêtes dans leur contexte naturel.» La mode du «biotope» qui reproduit l'habitat indigène de l'animal fait partie de la nouvelle conception de détention des animaux de zoo. Elle implique aussi la mixité des espèces. Ainsi, les babouins devront partager leur espace avec des bouquetins de Nubie, des oies à ailes bleues et des damans du cap (petits mammifères de la taille d'un gros lièvre).

    «En réalité, ce n'est pas vraiment nouveau de mélanger les espèces, souligne Robert Zingg. Marabouts et hippopotames ou antilopes et zèbres partagent déjà leur espace depuis longtemps.» La cohabitation est, par contre, devenue plus audacieuse.

    Zèbre blessé à mort

    Le zoo de Bâle, par exemple, loge les autruches, les zèbres et les hippopotames à la même adresse, comme à l'état sauvage. Il en résulte des comportements sociaux très intéressants à observer, mais pas sans risques. Ainsi, il y a deux ans, un zèbre mâle a perdu la vie suite à une altercation avec un hippopotame. L'équidé avait pour habitude d'aller grappiller des restes de nourriture dans la gueule de l'animal. Mais un jour, après lui avoir mordu la lèvre, le zèbre fut projeté dans l'eau et blessé à mort par trois hippopotames mâles. La scène s'est déroulée sous le regard choqué des visiteurs.

    Sensibiliser le public

    Pas question pourtant pour la direction du zoo bâlois de faire marche arrière. Les installations à thèmes sont l'avenir des parcs zoologique. Après l'ouverture il y a quelques mois d'Australis, destiné aux animaux du continent australien, «Zolli» rêve de construire le projet Polarium, reproduisant l'écosystème de l'Arctique et de l'Antarctique.

    «Le rôle des jardins zoologiques aujourd'hui est de sensibiliser le public à la protection des espèces et à la préservation de leurs espaces vitaux, poursuit Robert Zingg. Les enclos thématiques sont complétés par des expositions qui expliquent l'importance de la diversité biologique.» Cette politique s'appuie sur la stratégie mondiale des parcs zoologiques modernes. En attendant le déménagement, les géladas vaquent à leur occupation familiale favorite: la recherche de poux. «Contrairement à ce que l'on pense, les animaux ne sont pas forcément malheureux dans un petit enclos», dit Robert Zingg. Le biologiste en veut pour preuve la nombreuse descendance de géladas qui a vu le jour au zoo de Zurich: pas moins de 8 3 petits y sont nés en un demi-siècle.

    Source : www.24heures.ch

    Équipe d'administration
    Admin

    Pays : France

    default Re: Projets zoo Zürich\Zoo Bâle

    Message par Équipe d'administration le Lun 8 Jan 2007 - 16:35

    Le zoo de Zurich a fait une demande au conseil cantonal pour appuyer les plans du téléphérique Stettbach- Zoo.

      La date/heure actuelle est Sam 21 Oct 2017 - 8:52