Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Partagez
    avatar
    Remizoo
    Membre fidèle
    Membre fidèle

    Pays : france

    default Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par Remizoo le Dim 4 Oct 2015 - 22:22


    Il y a maintenant un peu plus d'un an, le 30 mai 2014, je pénétrais pour la toute première fois dans l'historique Zoo de Vincennes récemment entièrement reconstruit.
    J'avais auparavant dû faire face aux nombreuses critiques, à l'embrasement des journaux parisiens, au lynchage total du zoo. Cependant, comme à mon habitude, je préfère me créer mon propre avis en allant voir de par moi même. Mon ressenti fut en totale contradiction avec ce qui avait été décrit et pourtant le parc n'en était qu'à ses débuts avec une végétation timide, des animaux craintifs mais une sublime architecture, des installations spacieuses et intelligemment pensées et une ambiance unique. 1 an plus tard je savais que le parc s'était embelli, que la végétation avait pris ses droits et que les animaux se sentait chez eux désormais. Je trépignais d'envie de redécouvrir le Parc Zoologique de Paris et j'ai fini par céder. C'est donc sous un soleil d'été indien que je m'y suis rendu ce vendredi 2 octobre.


    Madagascar


    Le sens de la visite voudrait que l'on commence "le voyage" par la zone Patagonie mais préfère très largement commencer dans l'autre sens c'est à dire par Madagascar. Il s'agit de la zone qui, pour moi, à subi le moins de changements (mis à part les nouvelles espèces ajoutées). La volière des propithèques me semble toujours aussi bien pensée avec ses alignements de longues branches qui permettent aux sifakas de sauter de l'une à l'autre et ainsi reproduire un comportement naturel. D'ailleurs quand ceux-ci ont décidé de sauter de branches en branches un peu partout dans leur volière il devient très difficile de les suivre et d'obtenir quelques clichés.

    -> Changements à noter ici : Un mâle lémur mongoz est désormais en cohabitation avec le couple de propithèques. Ceux-ci sortent en alternance dans la volière extérieure avec deux lémurs à ventre roux qui ne sont plus présentés sur l'île à cause des conflits. En journée on peut donc voir les sifakas et le lémur mongoz puis vers 17h les lémurs à ventre roux. Les petits hapalémurs ne sont toujours pas présentés au public ce qui est fort dommage.


    Propithèque couronné

    Une chose qui n'a pas changé et qui, pour moi, les autres photographes ou même un simple visiteur, est toujours aussi désagréable ce sont les reflets sur les vitres. Evidemment il y a toujours un peu de reflets mais ici le soucis étant que le parc est totalement sur-exposé et les vitres deviennent des miroirs. A moins d'être totalement collés contre celles-ci on ne voit absolument rien à ce qui se passe dans l'enclos. Il aurait été pour moi judicieux d'installer des observatoires couverts, des sortes de petites cases comme ils l'ont si bien fait pour les points télévision.

    Le chemin se poursuit jusqu'aux volières accolées à la serre. Celle des grands hapalémurs est désormais occupée par un couple de varis roux. Ce placement ne semble pas temporaire puisque sur le plan l'espèce est indiquée à cet endroit. Juste à côté c'est un régal d'avoir la possibilité d'observer les roussettes paillées et les roussettes de Rodrigues en extérieur ! Bien que l'on pourrait débattre longtemps sur l'activité des animaux dits "nocturnes", je trouve ici très intéressant que les roussettes puissent suivre un cycle naturel jour/nuit non artificiel. Le fossa est toujours seul dans sa volière qui a prit en végétation mais qui ne m'emballe pas vraiment.

    On entre ensuite dans la grande serre qui fait partie de mes lieux favoris du parc. Ce que j'apprécie dès l'entrée c'est que nous ne sommes pas assaillis par la chaleur, il règne certes une ambiance tropicale mais la température ambiante est loin d'être étouffante comme c'est le cas dans d'autres parcs.
    -> Changements à noter ici : Les néphiles de Madagascar ne sont plus (mangées par les oiseaux) et leur terrarium est désormais occupé par un rare caméléon de Parson. Tout aussi rares et vivant désormais en liberté dans la serre : Perdrix de Madagascar, Ibis huppé de Madagascar, Perroquet vasa, Pigeon de Madagascar. Ces espèces étaient bel et bien prévues dans la collection mais ne sont arrivées que récemment. Petit plaisir en plus dans cette zone malgache : voir évoluer le jeune grand hapalémur, né cette année, aux côtés des adultes.


    Caméléon de Parson


    Jeune hapalémur


    Chant de l'hapalémur


    Grand hapalémur

    Au sein de cette biozone malgache on ressent parfaitement l'implication du Parc Zoologique de Paris dans la préservation des espèces endémiques de l'île. En effet il s'agit de l'un des seuls parcs européen à présenter une aussi large collection d'espèces malgaches et, qui plus est, réunies sur une même zone. A leur habitude les institutions zoologiques choisissent le maki catta et le vari comme ambassadeurs de leurs cousins sauvages. Le Muséum a, lui, choisi de présenter une faune plus précieuse mais aussi plus rare autour d'une vingtaine d'espèces. Il s'agit pour moi d'une réussite car en plus d'être très utiles à des fins de conservation, ces espèces attisent la curiosité du public parisien : les propithèques font l'objet de toutes les attentions.

    Guyane



    Le morceau guyanais se situant à l'intérieur de la serre représente la forêt équatoriale. Mis à part l'ajout d'espèces, la serre en elle même n'a pas subi grande modification, elle était déjà bien fournie à l'ouverture du parc !
    -> Changements à noter ici : Il y a évidemment l'arrivée du saki barbu qui cohabite avec les tamarins à mains rousses. Les agamis trompette ne vivent plus en liberté dans la serre mais sont désormais installés dans la volière des toucans qui aurait pu être un peu plus végétalisée, elle semble très dénudée. Les aras macao ne sont, quant à eux, plus du tout présentés, certainement trop destructeurs ! Des pénélopes à gorge bleue et des hocco de Daubenton vivent désormais en liberté dans la serre.


    Fourmilier géant


    Tamarin lion à tête dorée


    Fourmi champignonniste


    Echasse américaine

    Dans cette serre le slogan "Une nouvelle espèce de zoo" prend tout son sens avec des terrariums à ciel ouvert dont je suis réellement fan et des installations qui allient la beauté architecturale au bien être animal. Les espèces d'oiseaux présentes en liberté étant en groupes réduits il devient difficile de les observer et ce sont toujours les mêmes volatiles qui restent au sol. Je pense qu'il faudra ajouter encore d'autres espèces dans le but de combler cette sensation de vide.

    Photos d'ambiance au sein de la forêt :



    J'avais le souvenir d'un espace extérieur totalement mort, sans végétation, un espace qui en aucun cas ne respirait la Guyane... Et bien quelle surprise de pouvoir désormais déambuler au milieu d'une végétation si dense ! Les jolies palmiers et autres fleurs tropicales se sont parfaitement développées. La volière des laineux et l’île des capucins restent de très bonne facture. Toutefois je reste beaucoup plus mitigé sur les espaces suivants : Tapirs, chiens des buissons, jaguars. Les tapirs n'ont ne serait-ce qu'une branche de végétation dans leur enclos avec un sol entièrement recouvert d'écorce... Pourtant l'espace qui leu est alloué est bon, avec les 3 enclos mis à leur disposition il y avait largement de quoi reconstituer un mini pantanal avec de l'herbe haute et une végétation abondante.

    La volière des jaguars me laisse elle aussi perplexe. Bien que pour le coup il y ait une belle possibilité d'évolution (rochers, branches, végétation...) Aramis me parait énorme à l'intérieur. A l'intérieur de la toute petite volière d'isolement, collée juste derrière la principale, la femelle ne cesse de tourner en rond telle une barge. Il est inscrit que les individus alternent de volière au cours de la journée mais de toute évidence c'est le bel Aramis qui occupe la plupart du temps la "grande" volière. Du coup je me suis posé pas mal de questions concernant l'espèce... Beaucoup de fauves, dont les jaguars, sont des êtres solitaires et il me parait donc essentiel de séparer le mâle et la femelle. Je sais également que la reproduction en Europe de cette espèce est délicate, peu de zoos obtiennent des naissances. Chester possède pas moins de 4 enclos pour ces félins et obtient pourtant un taux de natalité moins élevé que Beauval, qui enregistre régulièrement des naissances, alors que mâle et femelle sont toujours ensemble. J'en viens à la conclusion que séparer les individus n'est pas forcément une nécessité, il suffit que le couple soit solide et que les deux individus s'entendent parfaitement, comme chez les rapaces...

    L'installation des chiens des buissons est triste à regarder, sans aucune recherche, sans aucun goût, cet enclos semble avoir été réalisé pour combler un vide.


    Chien des buissons

    Europe


    Excepté la volière des lynx qui aurait mérité plus de réflexion, la biozone européenne est un petit bijou au sein du parc. Chargé d'histoire, ce lieu est le dernier vestige du Zoo de Vincennes. Au pied du grand rocher l'identité du lieu est renforcée par son patrimoine arboré, ainsi que la présence de l'ancienne volière. L'espace des gloutons reste à mon sens le plus réussi avec une flore assez haute garnie de troncs morts et surtout un accès aux arbres. Le vivarium est une franche et belle réussite, aussi moderne que fascinant il permet d'exposer des espèces dont le public ne soupçonnait même pas l'existence et qui pourtant vivent dans nos contrées. Comme pour la serre tropicale, un petit plus pour le terrarium à ciel ouvert des caméléons.


    Grenouille rieuse

    Sahel-Soudan



    La biozone africaine était certainement, à l'ouverture, la plus déserte du parc et c'était le cas de le dire. 2, 3 antilopes, les girafes en pré parc, 1 rhinocéros, 1 lion et des allées à la végétation plus que rase... En somme pas de quoi casser 3 pattes à un canard. Lorsque l'on revient du grand rocher, que l'on passe devant la fosse des babouins qui n'est qu'une copie de l'ancienne, je me suis confronté à une jolie surprise au niveau du delta, les abords du chemins se sont étoffés d'une belle végétation marécageuse. Les plantes d'eau douce nous accompagnent jusqu'à la plaine des girafes.


    Végétation le long du Delta

    Nous arrivons sur la grande plaine qui semble quant à elle toujours aussi vide. En effet les girafes ne s'aventurent que très rarement sur la partie centrale de l'installation et préfèrent rester parquées à leur pré parc. Il faut dire également que toute leur nourriture est située à cet endroit donc pourquoi iraient-elles ailleurs ? Un couple de grue de paradis a rejoint les marabouts, autruches et grues couronnées pour les volatiles. Les grands koudous accompagnés d'un jeune évoluent un peu partout sur cette plaine mais le groupe est bien trop petit pour donner l'impression d'une diversité d'espèces. C'est pour cette raison que j'avais imaginé les cobes de Lechwe rejoindre ce petit monde mais ils ont été placés avec les rhinocéros. Les sitatungas ne sont pas encore présentés au public mais rejoindront la plaine, c'est ce qui me parait le plus probable et dans ce cas je trouverais la cohabitation très étrange entre ces espèces. De plus il est évident que le public confondra le koudou et le sitatunga qui sont toutes les deux des antilopes à rayures. J'aimerais voir sur cette plaine une plus belle diversité de gazelle ou d'antilopes et qui soient un peu plus rares que des cobes de Lechwe...


    Girafe de Kordofan


    Vue sur le Delta et la grande volière depuis l'espace des girafes

    Ce qui me frappe par la suite est la partie botanique du lieu. Plus une seule trace de terre le long des allées, herbes hautes, buissons, arbres et nous voilà plongés dans une brousse au coeur de Paris.
    Où est donc passé ce Sahel-Soudan si vide il y un an auparavant ?




    Les troupeaux d'addax et d'oryx, antilopes chères au Parc Zoologique de Paris ayant contribué à leur sauvetage, se sont agrandis ce qui permet d'avoir des enclos bien plus vivants ! En parlant de leur enclos ils sont d'une constitution simple mais efficace avec de nombreux monts de sables et de terre permettant aux antilopes d'évoluer à différentes hauteurs. Une conception toute bête qui est pourtant loin d'être visible partout pour ces espèces...

    Juste à côté les cobes de Lechwe se font encore très timides et restent dans l'espace de retrait des zèbres. Ceux-ci n'hésitent désormais plus à gambader aux côtés des rhinocéros. La conception de cet enclos reste encore un mystère pour moi. Les énormes poteaux entourant les arbres réduisent considérablement l'espace dédié aux rhinocéros. La sous-espèce blanche est connue pour être grande brouteuse. Ici pas un seul brin d'herbe au sol... Malgré la présence de calaos terrestres au sol, la façon dont l'installation a été conçue provoque un manque de vie à l'intérieur.

    C'est l'affolement sur la suite du chemin puisqu'il s'agit de l'enclos des lions qui, pour le coup, est très animé par les trois petits nés récemment. Cet enclos est un gros coup de coeur pour moi : une végétation abondante, différents substrats, des rochers, de nombreuses possibilités de se soustraire à la vue du public, quelques dénivelés. L'un des trois lionceaux était tapis dans les hautes herbes juste devant moi et je ne l'avais même pas vu. Nero semble vraiment très mal en point, très maigre avec beaucoup de difficultés à se déplacer. De nombreux débats ont eu lieu concernant les sous-espèces de lions. J'ai tout de même remarqué ici une différence sur les lionnes et les petits, ils ont le contour des yeux très noir et un pelage beaucoup plus clair que les lions que j'ai l'habitude de voir en parcs zoologiques.




    Lionne de l'Atlas

    La grande volière fait toujours partie des gros ratés du nouveau zoo. Elle est simplement immonde avec toujours cette même matière noire au bord de l'eau, de la terre, de la boue et un peu de verdure présente aux abords du chemin de visite. Ça me frustre même car je trouvais l'idée de reprendre la forme de l'ancienne fauverie vraiment géniale? Je ne comprend pas pourquoi aucune végétation n'a été plantée.

    Pour finir sur ce biotope je dirais que c'est la zone du parc qui a subi le plus de changement positif. Il s'agit du lieu le plus immersif notamment grâce à une très belle évolution botanique. Le doux soleil d'octobre rendait l'esprit encore plus intense et je suis vraiment tombé sous le charme de Sahel-Soudan.

    Patagonie


    Ah la fameuse zone Patagonie, celle par laquelle je ne voulais pas commencer... Cette biozone a clairement été créée dans le seul but de présenter des otaries et des manchots mais le soucis est qu'on ne peut pas faire une zone avec seulement deux espèces et il a fallu combler sauf que second inconvénient, des espèces il n'y en a pas des masses en Patagonie... Une nouvelle fois je me suis retrouvé à rire tout seul devant la Pampa en me demandant "Pourquoi ?", pourquoi avoir créé un espace aussi grand pour des guanacos, maras et nandous ? Apparemment la fierté du moment semble être d'avoir le plus grand groupe de mara... Se rendant bien compte que tout cela manquait un peu d'espèces, surtout pour un début de visite, le zoo a décidé d'installer des vigognes et des nandous dans le petit enclos de la plaine. C'est clairement très ennuyant vigogne = guanaco et nandou = nandou de Darwin. Il n'y a donc aucune diversité d'espèces.

    La Patagonie c'est tout de même très large, cela comprend l'Argentine, le Chili, le sud de la Bolivie et le Pérou. Je pense donc qu'à la place de cette Pampa il aurait été largement possible de réaliser un très bel enclos pour ours à lunettes ou tout au moins un enclos pour loup à crinière. De plus ces pays recèlent de petits rongeurs et il aurait été très chouette d'en voir quelques uns ici à Paris. Concrètement je trouve cette partie pour l'instant inutile et je n'ai d'ailleurs aucune photo à vous proposer puisque j'y suis passé en coup de vent.

    Accompagnement du visiteur



    Je reste toujours aussi fan de la pédagogie mise en place par le Muséum. Des panneaux modernes aux jolies couleurs et aux dessins soignés. Il y a évidemment les panneaux pour chaque espèce mais le plus pour moi ce sont les petites touches par ci par là sur les anecdotes, différenciations mâle/femelle ou encore les petits pancartes indiquant à tel ou tel endroit l'animal se repose ou se cache dans son enclos.

    Les animations se sont elles aussi très nettement améliorées. J'ai ici apprécié de voir une nouvelle forme de présentation sous forme d’interaction entre deux animateurs/trices qui offre une sensation de reportage. Petit exemple pour mieux comprendre : Animation des otaries, une animatrice dans l'enclos et l'autre avec nous dans les gradins. Ce jour là les otaries n'ont pas envie de travailler et repartent sans cesse dans leur petit bassin. L'animatrice de notre côté demande alors "**** Peux-tu nous dire si les otaries vont revenir dans le grand bassin ?" l'autre animatrice répond "Nous avons décidé d'arrêter l'entrainement car elles ne sont pas décidées et nous n'allons pas les forcer" puis les deux animatrices ont continué à interagir ainsi. C'était la première fois que je voyais une animation sous cette forme et je trouve cela génial !


    Exemple de panneau différence mâle/femelle

    Pour conclure cette visite je suis reparti la tête chargée de belles images. Il y avait longtemps que je n'avais pas autant apprécié découvrir ou plutôt redécouvrir un parc. Si tout n'est pas parfait, le Parc Zoologique de Paris reste tout simplement l'une des plus belles prouesses que je n'ai jamais vu. Il est évident que nous sommes bien loin des installations naturelles du CERZA ou la vallée des singes mais il règne ici une ambiance simplement unique. Mes gros coups de coeur sont la biozone malgache, biozone européenne et biozone africaine. Cependant je me pose tout de même quelques questions, quel est l'avenir du parc ? Les parisiens viennent encore par curiosité parce que le parc est tout neuf, c'est un peu l'excitation parisienne mais d'ici 2, 3 ans ? Certes une zone d'Afrique équatoriale est prévue mais comment le parc va-t-il faire pour attirer encore le public s'il ne propose pas de nouveautés ? Ce que j'espère c'est qu'au même titre que la ménagerie, le Parc Zoologique de Paris continuera à ajouter quelques espèces par ci par là avec dans le lot quelques petites perles rares dignes du Muséum.



    avatar
    yanapuma
    Membre fidèle
    Membre fidèle

    Pays : France

    default Re: Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par yanapuma le Dim 4 Oct 2015 - 23:48

    Intéressant compte rendu !

    La question des nouveautés n'en est pas forcément une...
    C'est Vincennes, le zoo le plus connu du monde, mais dans une mégapole très riche en habitants et en touriste. Il faut surtout renforcer l'identité du lieu comme attraction à visiter dans la capitale.
    ça fait des centaines d'années que la Tour Eiffel n'a pas changé, encore moins NotreDame et pourtant on s'y presse toujours autant. Dans un zoo, il y a toujours des bébés, des espèces qu'on change par d'autres, et au fil du temps des enclos qu'on améliore selon les nouveaux standards...
    D'ailleurs il est fort probable que cet enclos de pampa patagonienne soit un fourre tout sympathique justement pour patienter avant les ours.

    Mais globalement, même si la végétation a pris ses marques et que le parc est bien plus beau, je trouve quand même que certaines erreurs sont difficiles à minimiser... L'enclos des rhinos, comme tu le dis, est vraiment trop petit, la zone tapirs-jaguars-chiens des buissons est moche, et toutes ces immenses vitres ne facilitent pas l'immersion. Moi je suis pas très fan des trois enclos à carnivores européens, beaucoup de faux rocher, de grillages et de grandes vitres.
    Il y a pourtant de belles réussites, la serre est très agréable, le vivarium européen aussi, la zone malgache est jolie, la partie savane est plutôt séduisante. Et bien sûr, la pédagogie est excellente et la conservation est efficace.
    Pour ma part, j'apprécie Vincennes et j'ai à chaque fois pris plaisir à le visiter. Mais dès que je lis sur les dossiers de presse ou la pub "180 millions de budget", "on a voulu un zoo à la pointe du troisième millénaire" je me dis qu'on est quand même un peu passé à côté de l'ambitieux objectif.

    Deux petites précisions : les petits hapalémurs ne seront pas présentés.
    Et les roussettes sont des animaux diurnes.
    avatar
    Remizoo
    Membre fidèle
    Membre fidèle

    Pays : france

    default Re: Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par Remizoo le Lun 5 Oct 2015 - 0:06

    Je suis d'accord avec toi pour dire qu'avec un tel budget les images de synthèse qui avaient été dévoilées auraient pu être réalisées presque à l'identique
    Je pense surtout à ça (excepté les flamants pouvant voler) :




    Je sais que les roussettes sont des animaux diurnes mais justement elles sont toujours présentées en nocturama et c'est aussi le cas pour pas mal d'espèces que l'on four toujours en nocturama alors qu'elles sont tout aussi actives le jour d'où mon évocation des débats sur les animaux nocturnes
    avatar
    Therabu
    Membre actif
    Membre  actif

    Pays : France

    default Re: Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par Therabu le Lun 5 Oct 2015 - 3:31

    Merci Rémy pour ce CR agréable à lire (et à regarder pour les images). Cela confirme les reportages récents sur l'amélioration de l'expérience visiteur et cela me donne envie de retourner visiter ce parc dans quelques mois.
    L'arrivée de quelques espèces rares comme le caméléon de Parson ou le saki barbu renforce considérablement l'attrait de la collection du parc, assez basique aux débuts.

    Sur les jaguars, je ne suis pas tout à fait d'accord. Si Beauval reproduit mieux que Chester c'est uniquement à cause des individus qui s'entendent bien. Les standards actuels pour les présentations de félins sont bien de développer des installations modulables. C'est un facteur que je trouve encore mal pris en compte en France. Tout comme Raphaël, je trouve les enclos des carnivores européens assez artificiels et étriquées (pas forcément petits mais donnant cette impression. Peut être que le développement récent de la végétation me ferait changer d'impression.

    On peut espérer que dans quelques années, en plus de nouvelles espèces intéressantes, certains espace seront remodelés, avant de penser à une nouveauté plus conséquente sur le terrain inoccupé. Les ours ou de nouveaux enclos sud-américains sont pour moi les plus évidents.
    avatar
    yanapuma
    Membre fidèle
    Membre fidèle

    Pays : France

    default Re: Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par yanapuma le Lun 5 Oct 2015 - 13:57

    Il y aura aussi probablement quelque part les suricates ou des terrariums/vivariums d'Afrique.
    Il manque un peu d'espèces ludiques en effet, de rongeurs en colonie ou de mangoustes.

    tomtom35
    Membre confirmé
    Membre confirmé

    Pays : France

    default Re: Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par tomtom35 le Lun 5 Oct 2015 - 20:35

    Merci pour ce CR intéressant. Et très jolies tes photos, bravo!

    Sais-tu me dire à quelles périodes de l'année, le parc est un peu moins chargé en visiteurs ? J'ai l'image d'un zoo fréquenté toute l'année au vu de sa proximité avec la ville.
    avatar
    Remizoo
    Membre fidèle
    Membre fidèle

    Pays : france

    default Re: Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par Remizoo le Lun 5 Oct 2015 - 20:48

    A ma grande surprise le parc était très vide ce vendredi, nous n'étions que quelques pèlerins et c'est aussi pour cela que je interrogeais sur l'avenir du zoo car il n'y a pas tant de touristes que ça à marcher dans les allées du parc voir même pas du tout. Les personnes que j'ai croisé étaient des grands parents avec leurs petits enfants et quelques couples...
    avatar
    Kitzo
    Membre actif
    Membre  actif

    Pays : Belgique

    default Re: Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par Kitzo le Lun 5 Oct 2015 - 21:42

    Merci pour ce très bon compte-rendu et ces belles photos. Un plaisir de te lire au calme, le soir. Continue!

    Je trouve aussi que la zone Patagonie n'est pas forcément bonne mais peut-être qu'au fur et à mesure du temps, le parc zoologique de Paris décidera d'instaurer de nouvelles espèces... Affaire à suivre!

    Contenu sponsorisé

    default Re: Parc Zoologique de Paris... 1 an après

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 24 Oct 2017 - 9:33